Royal Belgian Society

Notre FAQ

  • Quelle est l’attitude officielle belge face au problème PIP ?

    Nous avons eu ce 2 février 2012 une nouvelle réunion importante avec les pouvoirs publics (SPF santé publique, AFMPS, Cabinet de la Ministre Onkelinx, INAMI) et les représentants des dispositifs médicaux.

    Depuis notre dernière réunion du 10 janvier, plusieurs groupes de travail d’experts se sont réunis pour examiner l'ensemble des éléments belges et étrangers. Les conclusions de ces groupes de travail ont été présentées et discutées.

    Voici les conclusions et décisions qui ont été prises unanimement à l'issue de la réunion du 2 février:

    • Il n'y a aucun élément indiquant une augmentation du risque de cancer chez les patientes porteuses d'implants PIP, ROFIL ou TIBREEZE.
    • Il existe probablement une augmentation du risque de rupture de ces implants du fait de leur fragilité à l'étirement.
    • Le gel de silicone contenu dans ces implants est plus irritant qu'un gel d'une prothèse normale.
    • Les implants diagnostiqués comme rompus doivent être retirés rapidement.
    • Par principe de précaution uniquement, les pouvoirs publics conseillent d'enlever, les implants PIP, ROFIL ou TIBREEZE même non rompus, et ce de manière non urgente.