Royal Belgian Society

Nos dossiers de presse

23.05.2013
La RBSPS regrette l'annulation de la loi interdisant la publicité pour la chirurgie plastique

Bruxelles - 23 mai 2013 - La Société Royale Belge de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique (RBSPS) prend connaissance de la décision de la Cour constitutionnelle qui a annulé, hier, la loi interdisant la publicité et réglementant l'information relative aux actes d'esthétique médicale. La RBSPS regrette cette décision. Cette loi fut votée l'année passée - à l'initiative du groupe de travail initié par la sénatrice Dominique Tilmans - en vue de mettre un terme aux initiatives ayant pour objectif de promouvoir la chirurgie esthétique telles que les actions promotionnelles, l'affichage des prix sur des sites internet ou la diffusion de téléréalités.

La Chambre et le Sénat ont voté une loi en mai 2012 ayant pour objectif notamment d'abroger les pratiques douteuses comme la publicité rabatteuse et comparative et d'empêcher l'utilisation d'arguments financiers. Cette loi a été contestée et a finalement été annulée hier par la Cour constitutionnelle.

Cela fait six ans que la RBSPS se penche sur cette problématique par le biais du groupe de travail initié par Madame Tilmans. Cette loi interdisant la publicité en matière d'esthétique médicale fût le premier volet adopté au Parlement.

La RBSPS maintient sa position et soutient fermement cette loi. "La chirurgie plastique est - et restera une activité médicale à part entière. En faire la promotion est par conséquent tout bonnement inacceptable. La limite entre la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique n'est par ailleurs pas toujours évidente", explique le président de la RBSPS, Dr Frans Missotten.

Certes, la RBSPS accepte la décision de la Cour constitutionnelle ainsi que ses arguments, néanmoins elle la regrette. L'association professionnelle craint en effet que l'annulation de cette loi n'encourage à nouveau ce type d'actions commerciales. "Ces actions promotionnelles poussent les gens à s'engager dans une intervention sans réflexion préliminaire et sans arguments fondés. On contourne le processus d'information qui est essentiel et primordial. La promotion et la publicité banalisent les actes de chirurgie esthétique qui sont tout sauf anodins et incitent ainsi des personnes, vulnérables, à prendre des décisions qui ne sont pas mûrement réfléchies" ajoute le Dr Frans Missotten.

L'association se réjouit dès lors de la décision de Madame Tilmans, d'introduire rapidement une adaptation du projet de loi. La RBSPS accordera par ailleurs tout son soutien à Madame Tilmans dans son élaboration. Entre-temps, l'association continuera à sensibiliser ses membres et mettre les patients en garde contre les dangers que représentent ces types d'actions.