Royal Belgian Society

Histoire de la RBSPS

La société Belge de Chirurgie Plastique a été fondée en 1955.

Les cinq membres fondateurs étaient le Dr M. Coelst, le Dr A. de Coninck, le Dr J. Polus, le Dr A. Fardeau et le Dr C. Steenbruggen. Le Dr Maurice Coelst en fut l'initiateur et le premier président, par la suite il devint le premier membre d'honneur.

Le but de la Société créée était l'étude scientifique de la chirurgie plastique et de ses disciplines associées, ainsi que l'organisation de congrès et de conférences afin d'en promouvoir le développement.

A partir d'un tout petit groupe initial de cinq membres, la Société s'est entre-temps développée considérablement : la majorité des 220 chirurgiens plasticiens reconnus aujourd’hui en Belgique en sont membres.

Les membres titulaires sont tous chirurgiens plasticiens reconnus, belges ou luxembourgeois, qui limitent leurs activités dans le domaine de la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique et qui ont fourni une contribution scientifique significative au sein des activités de la Société.

Ces activités se sont développées à partir de simples réunions de soirées dans les années 1950 à deux congrès annuels d'un jour entier actuellement, durant lesquels sont présentées et discutées des communications de haute qualité scientifique.

Du fait de son expansion, le nom de la Société fut changé en " Société Belge de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique " et contient des " chapitres " pour l'étude des brûlés, de la microchirurgie et de la chirurgie esthétique.

Tous les deux ans, la Société attribue un prix à un chirurgien plasticien belge ou luxembourgeois (reconnu ou en formation), auteur d'une étude scientifique personnelle de qualité exceptionnelle.

La Société sponsorise également les activités du " Collegium Chirurgicum Plasticum Belgicum ". Ce Collegium organise, à l'échelon national, des journées d'enseignement et des examens annuels pour tous les stagiaires en chirurgie plastique. La réussite de ces examens est devenue un préalable obligatoire à l'obtention du diplôme de spécialiste en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. Avec la formation de six années - deux années en chirurgie générale et quatre années de chirurgie plastique dans l'un des sept centres de stages en Belgique et au Luxembourg - ce système assure un très haut niveau qualitatif pour la spécialisation en chirurgie plastique.

Le champ d'application de la chirurgie plastique est très vaste et englobe deux domaines principaux : la chirurgie reconstructrice (réparatrice) et esthétique. La chirurgie reconstructrice recouvre la correction des anomalies congénitales de la tête et du cou, des mains et de la poitrine, le traitement des traumatismes des tissus mous et des fractures faciales, la résection de tumeurs malignes et bénignes de la peau et des tissus mous, et enfin la chirurgie de la main. Des équipes spécialisées se destinent au traitement des brûlés, à la reconstruction mammaire ou bien à la prise en charge des problèmes transsexuels. Les opérations les plus fréquentes dans le domaine de la chirurgie esthétique sont la correction du nez, la plastie des paupières, le lifting, la correction des oreilles décollées, l'augmentation ou la réduction des seins, la plastie du ventre et plus récemment la liposuccion ou liposculpture.

La chirurgie plastique est une spécialité qui grandit vite et qui est en pleine évolution. La microchirurgie, l'endoscopie chirurgicale et la thérapie par lasers ont été ajoutées à l'arsenal du chirurgien plasticien.

La Société Belge de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique (devenue Société Royale en 2005 à l’occasion de son cinquantième anniversaire) considère comme une de ses premières responsabilités de garder ses membres à la pointe de ces nouvelles évolutions et innovations.

Prof Guido Matton, M.D., ancien Président RBSPS